the Power of Shadow

Nom de naissance : Itze-Leib Schmuilowsky
Naissance : 20 février 1901 Pärnu, Gouvernement d’Estland, Empire russe
Décès : 17 mars 1974 à New York city, États-Unis
Nationalité : États-Unis
Mouvement(s) : Modernisme, initiateur du brutalisme
Activité(s) : Architecte, enseignant

Né sur l’île estonienne d’Osel, aujourd’hui Saaremaa, Louis I. Kahn a quatre ans lorsque sa famille, d’origine juive, émigre aux États-Unis et s’installe dans un quartier pauvre de la périphérie de Philadelphie. Il est naturalisé américain le 15 mai 1914. Doué pour le dessin et la musique, il obtient une bourse lui permettant de suivre des études de dessin parallèlement à l’école publique et d’entrer à l’école d’architecture de l’université de Pennsylvanie dans les années 1920. Il y suit les cours d’un professeur français, Paul Philippe Cret, gagnant un temps sa vie en jouant du piano dans les cinémas. Puis il découvre et admire Le Corbusier. Kahn a aussi reçu un enseignement classique dont Auguste Choisy et Julien Guadet étaient la référence. Il voyage un an en Europe, dessine beaucoup, puis travaille comme dessinateur dans divers agences de Philadelphie. Intéressé par le logement social, il crée un groupe de recherche sur les problèmes d’urbanisation et de logement social à Philadelphie. Il fonde sa propre agence à la fin des années 1940, à près de 50 ans, avec sa partenaire Anne Tyng, tandis qu’il est nommé professeur d’architecture à Yale (1947-1957), avant d’enseigner jusqu’à sa mort à l’université de Pennsylvanie (1957-1974).

Il connut la notoriété en tant qu’architecte après la Seconde Guerre mondiale, avec des bâtiments comme le Centre de recherches médicales Newton-Richards (à Philadelphie, 1958-1961), le Salk Institute for Biological Studies (La Jolla, Californie, 1966), la bibliothèque d’Exeter (New Hampshire, 1972) ou l’Assemblée nationale du Bangladesh à Dhaka (1974). Il dessina de nombreux plans de bâtiments sur les campus universitaires américains, avec l’exigence de l’éclairage par la lumière naturelle.

Il est lauréat en 1951 du prix de Rome américain (Rome Prize) en architecture, il est élu en 1971 membre de l’Académie américaine des arts et des lettres.

Un documentaire sur Louis Kahn intitulé My Architect a été réalisé par son fils, Nathaniel Kahn, en 2003.

source : Wikipedia

  • la Yale University Art Gallery, New Haven, Connecticut, 1951-1953
  • le Centre de recherches médicales Newton-Richards, Philadelphie, Pennsylvanie, 1958-1961
  • la First Unitarian Church of Rochester (en), Rochester, New York, 1959-1967
  • le Salk Institute for Biological Studies, La Jolla, Californie, 1959-1965
  • la Phillips Exeter Academy Library, Exeter, New Hampshire, 1965-1972
  • la Capitale politique du Bangladesh, Dhaka, 1962-1983 dont l’Assemblée nationale (Jatiyo Sangsad Bhaban (en)), 1974
  • l’Olivetti-Underwood Factory (en), Harrisburg, Pennsylvanie, 1966-1970
  • le musée d’art Kimbell, Fort Worth, Texas, 1966-1972
  • le Yale Center for British Art, New Haven, Connecticut, 1969-1974
  • l’Institut indien de management d’Ahmedabad avec Balkrishna Vithaldas Doshi et Anant Raje, Ahmedabad, Inde, 1962-1974